Une année polaire

Pour son premier poste d’instituteur, Anders choisit les grands espaces: il part enseigner au Groenland, à Tiniteqilaaq, un hameau inuit de 80 habitants. Pour s’intégrer, loin des repères de son Danemark natal, il va devoir apprendre à connaître cette communauté et ses coutumes.

Comédie dramatique de Samuel Collardey

Avec Anders Hvidegaard, Asser Boassen

France, 1h34

vendredi 29 juin - 18h30

lundi 2 juillet - 20h30

mardi 3 juillet - 18h30

Samuel Collardey avait fait sensation dès son premier long métrage, L’Apprenti (prix Louis-Delluc du premier film 2008), tourné dans une ferme de Franche-Comté. Une année polaire confirme son attirance pour les communautés isolées, au contact de la nature. Et pour le mélange fécond entre documentaire et fiction. Anders est interprété (plutôt bien) par le vrai « instit » de « Tinit », qui revit, devant la caméra, son installation mouvementée et sa première année scolaire au bord de la banquise. Ses élèves et les autres villageois, eux aussi dans leur propre rôle, lui donnent la réplique avec un naturel étonnant. La découverte d’un mode de vie si éloigné du confort européen et la difficulté d’enseigner à des enfants dont on ne parle pas la langue produisent de savoureux effets comiques. 

Samuel Douhaire, Télérama