Un Conte peut en cacher un autre

Comment réinventer les contes de fées avec humour et intelligence...
Imaginons que Le Petit Chaperon Rouge et Blanche-Neige soient de vieilles copines... Elles feraient alliance pour se débarrasser de prédateurs affamés ou d’une belle-mère meurtrière. Et que ferait Jacques (celui du haricot magique) s’il avait Cendrillon pour charmante voisine ? Un loup aux allures de dandy nous raconte...

Films d’animation

1h01

À partir de 6 ans

dimanche 19 novembre - 14h30

Adaptation cinématographique du livre de Roald Dahl (auteur de Charlie et la chocolaterieJames et la grosse pêche ou encore Le Bon Gros Géant), ce superbe petit film d’animation britannique revisite brillamment quelques contes traditionnels ayant bercé notre enfance. Petits et grands spectateurs retrouveront ici l’humour noir et cruel du célèbre écrivain pour enfants, qui est aussi celui du grand Walt Disney. Et si vous êtes sûr de passer un bon moment grâce à cet humour décapant, sans doute apprécierez-vous aussi le graphisme et l’animation soignés du film.

Les personnages aux grosses têtes et aux corps très fins, les animaux aux traits tantôt ronds, tantôt carrés, voire rectangulaires (regardez bien la silhouette du grand méchant loup) s’inspirent directement des dessins de Quentin Blake, illustrateur attitré des œuvres de Roald Dahl. Les décors colorés, aux aspects de toiles peintes et de carton-pâte (notamment ceux des scènes d’intérieur) achèvent de donner toute leur dimensions surréalistes aux images – images aussi surréalistes que l’intrigue qu’elles racontent.
Vous l’aurez compris, avec ses dialogues incisifs et sa réalisation très aboutie, Un conte peut en cacher un autre est assurément le film d’animation qu’il convient d’aller voir en famille en ce début d’automne. Amusez-vous bien.

 

aVoiraLire.com, Arthur Champilou