Tania's paradise

CIRCUIT COURT FESTIVAL DE SCÈNES VOISINES

Au Théâtre de Rungis

Ce spectacle qui tresse habilement acrobatie, conte et théâtre d’objets ne parle pas d’Israël, une Israélienne parle. Tania’s Paradise ne défend rien, ne condamne rien, c’est juste une jeune femme, contorsionniste, qui parle d’elle tout en marchant sur les mains.

Dans une yourte kirghize, une piste minuscule. Les spectateurs, assis en rond, ne sont pas dans une relation seulement à l’artiste, ils sont ensemble et leur capacité à partager s’exerce autant que celle de recevoir le spectacle. Ce n’est pas forcément facile au début mais il y a toujours un moment où une émotion particulière, un rire venu de plusieurs côtés à la fois, vient souder cette communauté fragile. Ce récit qui tresse habilement  acrobatie, conte et théâtre d’objets ne parle pas d’Israël, une Israélienne parle. D’ailleurs, elle pourrait être tout autre qu’israélienne, mais disons qu’en naissant et en grandissant a? cet endroit du monde ou? les contradictions se concentrent, cette jeune fille en devient presque un « caractère », comme on dit dans le théâtre classique, un reflet clair du genre humain. Tania’s Paradise ne défend rien, ne condamne rien, c’est juste une jeune femme, contorsionniste, qui parle d’elle tout en marchant sur les mains. Un magnifique récit de femme, tour à tour enfant, adolescente, femme, mère, artiste, amante, ici et ailleurs.

Un voyage dans l'intime d'une artiste, pétri d'humour, d'émotion, mais aussi de violence. Touchant. Toute la culture

On a rarement vu théâtre plus intime. Le ton en est donné : ce qui se joue ici, dans ce cocon clos, est de l’ordre de la confidence. D’ailleurs, Tania Shelfan s’adresse directement au public avant d’entrer dans la représentation. Avec simplicité et précaution, elle nous prévient du déroulement des opérations : « Je vais beaucoup parler », conclut-elle. Car, oui, ce spectacle hybride se situe à mi-chemin entre le théâtre et le cirque, le monologue, la manipulation d'objets et la contorsion. On pense à une autre artiste circassienne, Angela Laurier, qui pratique aussi ce mélange des genres et nourrit ses performances de sa propre histoire familiale. Mais chez Tania Shelfan, on pénètre instantanément dans un registre différent : celui de l’enfance et de ses jeux imaginaires, de son insouciance et de ses rêves. Tout ici est délicatesse, proximité, partage. Pariscope

Un travail troublant, très documenté et totalement d'actualité. France culture

Compagnie Attention Fragile
Écriture et mise en scène : Gilles Cailleau
Co-écriture, interprétation, contorsion, harpe : Tania Sheflan
Scénographie, son, lumières et régie : Julien Michenaud
Régie générale : Philippe Germaneau et Julien Michenaud

Coproduction : L’Estive, Scènes du Jura, Street C.A.T Bat Yam Festival, La Méridienne, L’Abattoir / Centre national des Arts de la rue, L’Arc, la ville de la Vallette-du-Var.
Soutien : l’Institut français et la région Provence-Alpes-Côte d’Azur au titre de leur convention de coopération.

Photo © Benoît Antoine Gellin

Circuit court, Festival de scènes voisines

Au Théâtre de Rungis - 1 place Général de Gaulle - 94150 Rungis

Durée
: 1h10

Tarifs Circuit court :
Tarif unique : 6,50 €