Semaine
du 18 sep au 24 sep
Durée 1h40
Animation

Le mystère des pingouins

Hiroyasu Ishida
Japon

Pour autant, cette œuvre est réussie par la maîtrise de son propos, la justesse de la territorialisation de son univers – ce qui joue sur sa portée – et surtout l'imaginaire de l'absurde décliné à la manière de la nonsense literature. Le Mystère des pingouins s'incarne dans la canette de soda lancée qui devient – ou pas, selon les fois – un pingouin qui atterrit on ne sait où, puis se carapate gauchement dans les coulisses : un film dont on ne saisit volontairement pas tout mais qui reste franchement divertissant. À ce titre, la fin est un modèle du genre : cryptique ou complètement barrée – au choix -, elle plaira aux amateurs et amatrices du jeu vidéo Kingdom Hearts 3 en leur rappelant des souvenirs avec un décor proche à l'extrême du monde Scala ad Caelum ; et tout ça sans appuyer pendant des dizaines d'heures sur la touche triangle pour progresser. La magie du cinéma d'animation, sans doute.

  • Une fourchette ? Oui, mais une fourchette jetable bricolée, qui au lieu de devenir un déchet devient un jouet. C'est écolo et c'est rigolo : c'est notre nouveau chouchou de la saga. Trop bien !